Maria’s Dolls

Paolo Topy Rossetto Photographer - Marias Dolls 01
Paolo Topy Rossetto Photographer - Marias Dolls 02
Paolo Topy Rossetto Photographer - Marias Dolls 03

MARIA’S DOLLS 2012

Photo

La poupée « souvenir » ou « de pays » trouve son origine dans les poupées folkloriques inventées au XIXème siècle. Elle est un outil identitaire au service des régions ou des pays mais pas seulement. Ambassadrices « cheap » de celluloïd, de plastique ou de vinyle, elles évoquent aux yeux d’un public populaire qui découvre les congés payés dans l’entre-deux-guerres, et  souvent avec délices, un ailleurs aussi merveilleux qu’organisé et à l’identité caricaturale. Protégées dans leur boite d’acétate transparent, parfois entassées dans des vitrines, elles révèlent un désir presque infantile (la poupée même « souvenir » évoque toujours le monde de l’enfance) d’échapper à l’ordinaire d’une réalité laborieuse, épuisante et ennuyeuse. Le télescopage organisé ici entre le désuet, voire le ringard attachant de ces poupées avec la banalité grise de la ville, historiquement lieu de naissance d’un prolétariat fragilisé nous amène à réfléchir sur le statut de l’humain en milieu urbain et à sa vulnérabilité. Dans la série « Maria’s Dolls », Paolo Topy met en scène ces poupées surannées évocatrices d’un tourisme de masse dont l’esthétique kitsch est le refuge de nos affects. Dangereusement situées et peut-être même oubliées au bord d’une fenêtre avec, à l’arrière-plan des architectures anonymes presque trop lisses,  elles nous interrogent. Qu’est-ce qu’un être humain dans une ville aujourd’hui ? Quelle y est sa place et celle de ses rêves, de ses aspirations qui se cristallisent, entre autre, dans ce besoin d’un lointain rêvé et même idéalisé ou l’anecdotique devient si délicieux et truculent? Quelle peut être la possibilité d’une identité particulière, d’une réelle individualité dans un monde où la mode vestimentaire, l’architecture, les attitudes et les comportements hyper-urbanisés et stéréotypés effacent toute trace des origines et de leurs particularismes.

Yves Peltier

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!

×